jeudi 10 mars 2016

Au trou de vol

Observation:

L'apiculteur digne de ce nom doit savoir ce qui se passe à l'intérieur de la ruche pendant les mois d'hiver. Par une journée calme, écoutez au trou de vol d'une ruche fort peuplée et ne possédant pas de plancher intermédiaire (tiroir de fond). Plus d'un n'entendra rien du tout. Mais l'oreille exercée saura percevoir un léger bruissement semblable à celui que l'on fait en prononçant très faiblement "ch".

Explication:
Les colonies qui se comportent de cette façon sont saines et hivernent parfaitement. Comme on le sait, la grappe d'une colonie hivernant dans de bonnes conditions occupe avec la reine les cellules vides, c'est à dire celles qui furent libérées par le dernier couvain. A cet endroit règne une température voisine de 25°C. A la périphérie de la grappe, la température est réduite de moitié (d’après le Dr Büdel +10°C) Un va et vient permanent se fait de l'extérieur à l'intérieur de la grappe, les plus vieilles abeilles se trouvant tout autour. On suppose que cette circulation provoque le léger bruissement observé. La mortalité de telles populations est toujours très faible.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire