lundi 3 octobre 2016

Au trou de vol



H. Storch, 4ème édition en langue française, 2013


Observation
Même lorsque les colonies sont saines, l’expulsion de nombreuses abeilles devant le rucher, débute fin août et dure jusqu’à la mi-octobre. Les expulsées ne rampent pas, ne sautillent pas et n’ont pas l’abdomen tendu.


Explication
On étudie rarement les raisons de ce comportement qui se produit chaque année. Certains l’appellent avec raison la bataille des ouvrières, par analogie avec la bataille des mâles qui se produit lorsque les colonies ayant une bonne reine chassent leurs faux bourdons. Pendant ces semaines, les colonies vont ainsi rejeter petit à petit les vielles butineuses qui sont épuisées par les récoltes et par les soins du couvain. Certes la plupart d’entre elles entreprennent encore un dernier voyage et meurent dans les champs ; celles que l’on retrouve devant la ruche ne représentent qu’une petite fraction.
Quelle peut bien être la raison profonde de la mort de tant d’abeilles dont beaucoup sont encore capables de voler ?
Parce que chaque colonie adaptée à nos climats ne conserve pour hiverner que les individus qui pourrons travailler à son développement au printemps prochain, c’est-à-dire des abeilles qui ne sont pas épuisées. C’est ce qui explique le petit nombre de mortes à la sortie de l’hiver, leur bon hivernage et le fait que ces populations cessent la ponte, par atavisme, dès que la nature n’offre plus rien de convenable. Dans nos ruchers, il y a encore beaucoup de colonies, principalement croisées avec des abeilles italiennes, qui ne possèdent plus cette qualité primordiales pour obtenir de bonnes récoltes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire